ESPOIR ET FOI,  14 décembre 2012, SAINT-JÉRÔME

On a parfois l'impression que les gens en général ne croient plus en grand-chose.  Le cynisme, le désabusement et le désengagement apparaissent souvent comme une tendance lourde.  A-t-on perdu tout espoir de réaliser nos rêves, de voir un monde meilleur, de trouver le véritable amour et autres grandes quêtes que nous avons tous?  Dans le même esprit, en qui ou en quoi pouvons-nous croire, alors que nous entendons surtout parler de corruption et de collusion, d'intégrisme, de crises économiques:  les institutions?  Les politiciens?  La justice?  Les religions?  L'humanité?  L'avenir?  Plutôt que de sombrer dans le découragement, nous chercherons ensemble à quoi nous pourrions nous accrocher pour nourrir l'espoir et garder la foi.  Une grande soirée de motivation collective en vue!

 

Synthèse de la rencontre

En cette période d'avant les fêtes, quoi de plus approprié que de se demander si nous avons toujours l'espoir, la foi, et de savoir ce qui les nourrit.  Étrangement, certains participants ont dit que l'espoir alimentait leur foi, alors que d'autres croyaient que c'est leur foi qui leur donnait de l'espoir... Une nouvelle version de la grande question visant à savoir ce qui arrive en premier: l'oeuf ou la poule?  Mais au fond, tout le monde convenait que ça n'avait guère d'importance de trouver la réponse.  Ce qui compte, c'est de savoir que pour certains, la bonté humaine nourrit l'espoir et la foi; pour d'autres, c'est la nature, ou le soleil intérieur, ou une puissance supérieure...  Bref, chacun choisit de trouver ses sources d'inspiration et, si les convictions sont parfois un peu fragilisées, il reste encore de quoi espérer!

 

LOYAUTÉ ET FIDÉLITÉ,  7 décembre 2012,  MONTRÉAL

Que ce soit par l'observation, les statistiques ou les sondages, on constate que les couples durent moins longtemps, que les clients autrefois fidèles se promènent d'un fournisseur à l'autre pour quelques dollars, et il semble même que les gens renient plus facilement que jamais leurs convictions.  Mais où diable sont passées les valeurs comme la loyauté et la fidélité?  La société a-t-elle changé au point qu'elles sont en voie de disparition?  Ou leur donne-t-on une nouvelle définition?  Et, plus important encore, sommes-nous toujours loyaux envers nous-mêmes?  Sommes-nous fidèles à nos convictions, à nos rêves, à nos valeurs?  Des questions troublantes, mais pourtant essentielles.  Une invitation à tous... que vous soyez un fidèle participant ou non!

 

Synthèse de la rencontre

Juste avant les fêtes, nous avons abordé la question de la fidélité et de la loyauté.  Et comme on pouvait s'y attendre, les «fidèles» de la Parlerie sont plutôt portés sur la loyauté! En fait, nos échanges ont confirmé que nous partageons ces valeurs de fidélité et de loyauté, que ce soit envers un conjoint, des amis ou même un commerce.  Eh oui, la loyauté va même jusqu'à choisir les endroits où l'on préfère acheter... quitte à payer plus cher ou à limiter ses options!  Mais le plus important, c'est que chacun semblait tenir beaucoup à rester fidèle à ses valeurs, à ses convictions, à ses choix de vie.  N'est-ce pas ce qui compte le plus?

 

APPRIVOISER LA MORT,  16 novembre 2012,  SAINT-JÉRÔME

C'est bien connu, on décrit novembre comme le Mois des morts.  L'occasion semble belle pour aborder cette question troublante, dont on ose rarement parler... S'agira-t-il pour autant d'une soirée triste et morose?  Bien sûr que non!  En fait, nous nous pencherons sur le sens que peut prendre la mort dans notre vie: une occasion de changer, de se remettre en question, de se réinventer, de recommencer... Mais encore plus important: comment la mort influence-t-elle notre vie?  Cette éventualité nous donne-t-elle envie d'être sage et  prudent, ou de vivre avec encore plus de passion et d'intensité, avec la conscience que le voyage peut prendre fin à tout moment?  Qui sait, peut-être la mort nous réserve-t-elle d'autres surprises pour mieux alimenter la vie!

 

Synthèse de la rencontre

Hautement approprié en novembre, le thème de la mort n'avait rien de sombre ou de morose.  En fait, le mot touchant conviendrait mieux.  À partir d'histoires personnelles où chacun a côtoyé la mort, y a été confronté, il y a longtemps ou récemment, nous avons pu nourrir notre conviction qu'il ne s'agit pas forcément d'une catastrophe, mais souvent d'un passage vers un autre état.  De la mort d'un projet à celle d'un proche, en passant par la mort de nos vieilles croyances, nous avons pu voir que, si le sens de l'événement nous échappe parfois, la fin d'une vie permet souvent d'amorcer une période de grand ménage, de transformation ou, simplement, de sérénité.  Et finalement, le sujet n'est peut-être pas si difficile à aborder qu'on le craignait.  Le thème est mort... vive le prochain!

 

LA SEXUALITÉ,  9 novembre 2012,  MONTRÉAL

À l'ère des communications et d'Internet, la société s'est libéralisée et sexualisée.  Comment cette tendance nous affecte-t-elle comme individus?  Est-il possible, en tant que célibataire, de vivre une sexualité saine et épanouissante?  Comment?  Par ailleurs, qu'en est-il au sein des couples qui durent: la sexualité perd-elle de son attrait?  La fidélité est-elle une valeur toujours à la mode?  Des réflexions intimes sur un sujet de moins en moins tabou.  Chaudes discussions en vue!

 

Synthèse de la rencontre

Étrange comme une question aussi importante que la sexualité peut nous laisser encore certains malaises, une pudeur lorsque vient le temps d'en discuter.  Heureusement, il suffit de briser la glace pour que l'on accepte de livrer ses pensées, mêmes intimes, ou au moins de parler de notre vécu, de notre cheminement, de nos valeurs.  La Parlerie de Montréal n'a pas fait exception, et c'est dans une ambiance de... plaisir que les participants ont accepté de se dévoiler et de se mettre à nu.  C'est une image, vous l'aurez compris!  Mais il est intéressant de constater que, sur le plan de la sexualité, certains participants ont connu des parcours diamétralement opposés.  Et tous se retrouvaient pour un parler...

 

VIEILLIR:  UNE RAISON DE FÊTER OU DE DÉPRIMER?  19 octobre 2012,  SAINT-JÉRÔME

Il s'agirait de l'une des rares formes de justice universelle:  tous, nous vieillissons.  Année après année, semaine après semaine, jour après jour, les secondes s'envolent, nous rapprochant de la fin de notre existence telle que nous la connaissons.  Pour certains, l'anniversaire constitue une occasion de célébrer, de festoyer, de s'amuser, dans la joie et le plaisir, avec la famille ou les amis.  Mais pour d'autres, chaque année qui passe semble porter un coup dur additionnel à des espoirs, à des rêves, à des ambitions.  Qui a raison?  Devrions-nous célébrer le passage des années, ou nous en inquiéter?  Avons-nous l'art de la fête? Et puisque nous abordons le sujet, si nous nous remémorions nos plus beaux (ou nos pires) moments de célébrations dans notre vie?  Peut-être en tirerions-nous des leçons...

 

Synthèse de la rencontre

C'est dans une ambiance de joyeuse sérénité que nous avons réfléchi à notre rapport au vieillissement et à la fête.  En règle générale, la plupart des participants ont affiché une belle sérénité quant à leur vieillissement, notamment parce qu'ils considéraient leur vie comme un cheminement, un parcours; chaque jour qui passe devient alors une source d'enrichissement et de progression.  Pas de raison de déprimer, dans ce cas!  Par ailleurs, plusieurs ont mentionné avoir un peu perdu l'esprit de la fête, ou préférer organiser des festivités plutôt que de simplement y participer.  Mais plusieurs pistes ont été lancées pour retrouver le sens du plaisir, pour se laisser aller à la fête, même si on se retient souvent sans trop savoir pourquoi.  Bref, nous sommes partis de la soirée avec une forte envie de festoyer!

 

LE LÂCHER-PRISE,  12 octobre 2012,  MONTRÉAL

Ça y est, l'expression est lancée... Vous savez, ce que quelqu'un finit toujours par nous recommander, surtout quand nous sommes confrontés à un problème important, intense, qui perdure depuis trop longtemps déjà!  Mais si nous avons tous entendu ce conseil, «il faut làcher prise», qui a su y parvenir vraiment?  Et, sans doute plus important encore, comment y parvient-on?  Dans un contexte serein, propice à la réflexion, nous explorerons ensemble les raisons pour lesquelles il est si important de lâcher prise, que signifie au juste l'expression, et quelles sont nos recettes pour réussir à atteindre cet état.  S'agit-il de baisser les bras?  D'abandonner? De changer nos projets? Ou est-ce quelque chose de plus subtil, intangible, mais vital? D'ici là... n'en faites pas une obsession:  lâchez prise, jusqu'à la prochaine Parlerie!

 

Synthèse de la rencontre

Une soirée mémorable, mais sans doute pas pour les raisons qu'on aurait cru!  Si l'ensemble des participants s'entendaient clairement sur l'importance du lâcher-prise, personne ne pouvait affirmer qu'il existe une solution miracle, une recette à suivre pour y parvenir.  Mais si les échanges ont permis de découvrir une chose, c'est toute la difficulté que peut représenter l'atteinte de cet état d'esprit qui peut paraître tellement simple, et qui consiste à s'adapter à ce qui est.  Comme c'est souvent le cas, le défi est sans doute de choisir la simplicité, malgré les peurs qui nous habitent et qui nous poussent à rester en contrôle, alors que le lâcher-prise exige plutôt une sorte d'abandon, un appel à la confiance intérieure.  Oui, une soirée for enrichissante! 

 

L'ENGAGEMENT,  21 septembre 2012,  SAINT-JÉRÔME

Quand vous vous inscrivez à un cours, jusqu'à quel point faites-vous l'effort d'en tirer le maximum d'apprentissage? Ou parlons de votre emploi: dans quelle mesure vous êtes-vous donné à fond pour maîtriser vos tâches et surpasser les attentes? Dans une relation amicale ou amoureuse, jusqu'où êtes-vous prêt à vous investir? Et plus important encore: êtes-vous engagés envers vous-même? On le constate, l'engagement prend de multiples formes, et s'applique à toutes les sphères de nos vies.  Mais quel est votre profil d'engagement? Êtes-vous du genre à vous donner à 100? Ou avancez-vous avec prudence, en ne perdant jamais de vue la sortie?  Y a-t-il des personnes qui s'engagent facilement, et d'autres jamais? Pourquoi est-ce si facile ou si difficile de s'engager?  Tant de questions qui trouveront sans doute de nombreuses réponses... à condition qu'on s'engage à participer avec coeur à la prochaine Parlerie de Saint-Jérôme, et à s'y inscrire sans tarder!

 

Synthèse de la rencontre

Une très étrange soirée qui ne pouvait être plus appropriée.  L'engagement est un thème vital, fondamental, qui détermine souvent pourquoi chacun fait ses propres choix.  Curieusement, pour plusieurs de nos participants, l'engagement s'apparente surtout à quelque chose d'externe, qui nous lie à d'autres, mais qui, justement, nous impose contraintes, limites et devient une pénible prison qui entrave notre liberté.  Ouf!  Dans cet esprit, certains préfèrent éviter l'engagement à tout prix!  Mais quand on pense à l'engagement comme à une entente morale prise avec soi-même, la perception change.  L'engagement nous place face à nos choix.  Et si le plaisir est au rendez-vous, l'engagement devient même facile et agréable.  Une soirée qui en aura fait réfléchir plus d'un, et qui nous aura fait examiner notre engagement à l'Égard des Parleries elles-mêmes.

 

LA DISCIPLINE,  14 septembre 2012, MONTRÉAL

Si on remonte au siècle passé, pas si lointain, la discipline représentait quelque chose d'extérieur à soi, et elle nous était fortement suggérée, pour ne pas dire imposée, par des «autorités» comme la religion, le système d'éducation, et d'autres encore.  Mais aujourd'hui, la tendance est à l'intériorisation, et les individus considèrent plutôt la question en la ramenant face à eux-mêmes.  Résultat, la discipline a-t-elle changé? Peut-être vient-elle maintenant de soi? Sous quelle forme, dans quel but, comment s'en sert-on? Dans quelle mesure la discipline est-elle maintenant quelque chose de personnel, de social, à moins qu'elle ne soit un peu des deux? Après les expériences souvent douloureuses et parfois même traumatisantes du passé, devons-nous faire la paix avec la «discipline»? Et si nous lui donnions un autre nom, une autre définition, plus actuelle?  À nous de relever ce défi! 

 

Synthèse de la rencontre

La magie des Parleries fait son oeuvre... En effet, même si le thème de la discipline avait été abordé tout récemment dans le groupe jérômien, la soirée a donné lieu à des discussions tout aussi riches, bien différentes, stimulantes et enrichissantes.  Pour la majorité, la discipline est une force venue de l'intérieur, une carte cachée qui nous permet d'atteindre des objectifs, de réussir, de changer.  Oui, la discipline est contraignante... mais d'une sorte de contrainte qui procure en bout de ligne une grande liberté.  Évidemment, nous avons aussi nos rebelles, qui rejettent encore toute forme de discipline et qui en assument forcément les conséquences.  Bref, voilà la magie des Parleries: un même thème, dans un autre groupe, avec d'autres participants, et les échanges prennent un air de nouveauté!

 

ICI ET MAINTENANT,  17 août 2012,  SAINT-JÉRÔME

Qui n'a pas entendu maintes et maintes fois ce conseil: il faut vivre ici et maintenant, au moment présent.  Mais ça se complique quand on se demande comment on y parvient!  D'abord, que signifie vivre ici et maintenant?  Comment demeurer dans le présent?  Et comment traiter le passé et l'avenir: pour vivre ici et maintenant, faut-il oublier le passé et ne plus planifier?  Nous chercherons à comprendre tout le défi que représente le fait de rester dans le moment présent malgré les stress et les embûches, tout en prenant conscience que mon futur est justement le fruit de ce présent si furtif.  Par ailleurs, que faire quand mon «ici et maintenant» ne me convient pas?  De quel pouvoir je dispose?  N'oublions pas que le corps vit toujours au présent: seul le mental vit dans le passé et le futur.  Décidément, cette future Parlerie mérite qu'on s'y inscrive dès maintenant... 

 

Synthèse de la rencontre 

 À n'en pas douter, les participants à la dernière Parlerie de Saint-Jérôme étaient bel et bien imprégnés du moment présent tout au long des discussions portant sur le thème «Ici et maintenant».  Il en ressort d'ailleurs que cette capacité à vivre le moment présent constitue un puissant outil de mieux-être, qui nous permet à la fois de simplifier notre vie, de calmer le petit hamster qui court dans nos têtes et de nous concentrer sur l'essentiel.  Pour certains, le moment présent sert à nous alimenter en sensations agréables, pourvu qu'on s'attarde aux moments heureux et paisibles.  Mais attention:  personne n'a prétendu qu'il était facile de vivre constamment le moment présent!  Heureusement, tous s'entendent pour dire que cela s'apprend.  Un jour à la fois...

 

L'ÉVOLUTION,  10 août 2012,  MONTRÉAL

Notre compréhension de l'évolution a bien changé depuis Darwin!  À l'échelle des siècles et des millénaires, il est facile de constater que l'espèce humaine est le fruit d'une longue évolution, qui a donné lieu à de profondes transformations.  Mais à l'échelle d'une vie, qu'en est-il?  L'être humain poursuit-il vraiment son évolution, et de manière observable?  Parvenons-nous à nous transformer, à changer, donc à évoluer dans l'espace d'une vie?  S'agit-il d'un processus délibéré et conscient, ou d'une sorte de fatalité qu'on ne peut empêcher? Et l'évolution, s'il y a lieu, va-t-elle toujours dans le sens d'un progrès, ou régressons-nous parfois?  Mais au fait, s'agit-il d'une simple transformation physique, ou d'un changement intellectuel, émotionnel, spirituel?  Tiens, tiens, l'évolution soulève peut-être davantage de questions qu'on aurait pu le croire...

 

Synthèse de la rencontre 

Voilà un thème qui méritait qu'on s'y attarde... pour mieux poursuivre notre route sur le chemin de la croissance personnelle, de la responsabilité et de l'autonomie.  Car si l'on se fie à nos participants, c'est bien là qu'elle nous conduit! Curieusement, plusieurs hésitaient à se décrire comme des êtres «évolués».  Comme si cela était prétentieux, ou simplement impossible, puisque le processus n'arrête jamais.  Au fil des discussions, nous avons fait des rapprochements entre la notion d'évolution et les prises de conscience, le sens de la vie, le rythme de chacun et bien d'autres aspects.  Et quand nous avons voulu résumer en un seul mot notre perception de l'évolution, chacun avait sa vision: amour, connaissance, soif (curiosité), intangible, espoir... Quelle belle occasion d'évoluer nous avons eue!

 

VENIR EN AIDE,  20 juillet 2012,  SAINT-JÉRÔME

Plusieurs habitués des Parleries ont aussi un autre point en commun: nous sommes souvent des aidants naturels pour notre entourage, qu'il s'agisse de parents, d'amis ou d'activités auxquelles nous nous adonnons dans le cadre de nos responsabilités professionnelles. Après tout, la parole et, surtout, l'écoute est un puissant outil pour venir en aide à son prochain! Mais justement, comment venir en aide à ceux qui en ont besoin? Avons-nous des moyens, des outils, des stratégies pour aider? Pouvons-nous aider tout le monde, ou avons-nous des limites en tant qu'aidants? Enfin, un dernier élément essentiel: savons-nous aussi venir en aide à la personne la plus importante, c'est-à-dire... nous-même? Une soirée prometteuse, où l'on partagera nos secrets d'entraide.

 

Synthèse de la rencontre

Comme à l'accoutumée, la dernière soirée de Parlerie, à Saint-Jérôme, nous a procuré de précieux moments d'introspection.  Ainsi, bien que la majorité des participants partagent ce souci de venir en aide à son prochain, chacun le fait à sa façon, avec ses propres qualités et aptitudes, ne serait-ce que d'écouter la personne aidée, de l'accepter telle qu'elle est, sans la juger, pour la guider vers une plus grande paix intérieure malgré ses difficultés.  Nous avons également pu nous demander dans quelle mesure cette pulsion visant à aider est ancrée en nous, dans nos gènes, ou jusqu'à quel point il s'agit d'un comportement appris, inculqué par des valeurs morales ou une éducation précise.  L'avantage de toutes ces réflexions: nous pouvons ensuite choisir d'aider, et comment le faire, tout en respectant de mieux en mieux nos limites, un apprentissage qui semble se faire au fil du temps et des expériences, heureuses et malheureuses.  Vive la conscience!

 

LA SANTÉ,  6 juillet 2012,  MONTRÉAL

Le travail, c'est la santé, disait-on autrefois.  À l'ère du surmenage et du burn out, est-ce toujours bien vrai? À moins que ce ne soit le sport? l'alimentation saine? la méditation? l'amour et l'amitié? Au fond, avant de découvrir la recette pour vivre en santé, vérifions si nous avons tous la même perception. La santé se résume-t-elle à l'absence de maladie? Et que dire de la santé mentale? Et pourrait-il être question de santé environnementale, spirituelle, ou d'autres formes encore? Assurément, des discussions soignées en vue... Inscrivez-vous vite: ça va être malade comme soirée! 

 

Synthèse de la rencontre 

Suite à nos partages et réflexions, il appert que la définition de la santé varie d'une personne à l'autre.  Cependant, presque tous étaient d'accord pour dire que la santé n'égale pas nécessairement le bonheur ni, tout simplement, l'absence de maladie.  Pour certains, la santé est un état d'équilibre, lequel demande de constants ajustements sur tous les plans incluant notre environnement, ce qui n'est pas simple et peut même être perçu comme un fardeau.  Tous sont repartis en santé, du moins nous l'espérons!

 

LA DISCIPLINE,  15 juin 2012,  SAINT-JÉRÔME

Non, non, il ne sera pas question de revenir à de vieilles méthodes d'enseignement, alors que la discipline s'enseignait à coups de règle sur les doigts!  Il est vrai qu'on parle de discipline dans le sens d'imposer un certain comportement.  Mais nous nous questionnerons surtout sur cette capacité personnelle que nous avons, ou pas, de nous olbiger à accomplir des tâches dont nous n'avons pas forcément envie.  Faut-il de la discipline pour se lever tôt quand on voudrait dormir?  Pour aller s'entraîner si on n'aime pas ça?  Pour mettre de l'argent de côté quand on est déjà serré?  Mais au fait, qu'est-ce que la discipline, d'oû vient-elle, comment la développer?  Pour le savoir, soyez-y... mais faites preuve de discipline, et réservez votre place! 

 

Synthèse de la rencontre

Quelle soirée étonnante de réflexion! Pour plusieurs, les échanges ont été riches en découvertes et en prises de conscience.  Ainsi, on s'aperçoit que chacun a une définition et une perception très personnelles de la discipline, qui remontant souvent aux expériences vécues durant l'enfance, en famille ou à l'école. Parents contrôlants, religieuses sévères et autres bourreaux nous ont parfois laissé un goût amer de la discipline, avec quelques blessures en prime. Heureusement, il existe plus d'un moyen de se réconcilier avec sa propre détermination, son autodiscipline, et de se choisir une belle discipline de vie. Opterez-vous pour la constance et la régularité en vue d'obtenir un plaisir, ou miserez-vous sur l'inspiration de la dernière minute pour avoir une discipline anarchique? Le choix vous appartient, vous êtes libre!

 

NOS PENSÉES INSPIRANTES,  8 juin 2012,  MONTRÉAL

Nous le savons bien, la vie n'est pas qu'un jardin de roses...  Nous traversons tous des moments plus difficiles au cours de notre existence, et nous devons alors trouver à quoi nous accrocher. Souvent, ce sont les plus petites choses qui nous font le plus grand bien: une pensée entendue, un proverbe étranger, une maxime qui nous parle, une citation qui nous touche... Dans cet esprit de partager nos outils de mieux-être, quelles sont les petites phrases qui nous inspirent, que gardons constamment en tête et dans nos coeurs, et que nous citons chaque fois que nous en avons l'occasion?  Les participants à la prochaine Parlerie de Montréal sont invités à nous proposer quelques-unes de leurs pensées inspirantes, et à nous dire quel sens elles portent à leurs yeux.  Une chance unique de découvrir des paroles pleines de sagesse!

 

Synthèse de la rencontre

Elles nous inspirent, nous réconfortent, nous stimulent et nous font réfléchir.  On s'y accroche comme à des bouées, simplement pour garder la tête hors de l'eau, ou parfois pour continuer d'avancer.  Souvent, elles nous parlent, nous guident, nous orientent.  Et si elles n'ont pas toujours autant d'effets sur les autres qu'elles en ont sur nous, qu'à cela ne tienne: ces pensées inspirantes, qui prennent parfois la forme de passages tirés d'un livre ou de simples réflexions, nous les gardons alors au fond de notre coeur, où nous les chérissons pour ce qu'elles nous apportent.  Une belle soirée à partager des pensées qui nous font du bien!

 

SIMPLICITÉ VOLONTAIRE,  18 mai 2012,  SAINT-JÉRÔME

À une époque où la consommation semble devenue la nouvelle religion, certaines personnes misent plutôt sur sa contrepartie: la simplicité volontaire.  Nous en avons tous entendu parler, mais le concept reste encore discret, peu connu, et il ne retient certes pas l'attention des médias.  Aussi, des questions se posent: qu'est-ce que la simplicité volontaire, au juste?  Est-ce vraiment un choix de vie, ou une façon de s'adapter à des temps plus difficiles? Plus encore, choisir la simplicité volontaire, est-ce que cela signifie de renoncer au confort, au luxe, à certains plaisirs de la vie?  Peut-on opter pour la simplicité volontaire et consommer malgré tout?  Enfin, la simplicité, n'est-ce pas aussi de ne pas se compliquer la vie?  Une soirée qui promet d'être simplement... enrichissante! 

 

Synthèse de la rencontre

Connaissez-vous le proverbe Qui s'instruit s'enrichit?  Sur cette base, nous avons eu droit à une soirée riche en pistes de réflexion, alors que nous abordions la question de la simplicité volontaire.  Bien que la plupart des participants étaient familiers avec le concept, d'autres ont pu poser des questions pertinentes, histoire d'éclaircir leur perception du sujet, ce qui a permis d'en arriver au néologisme simplicitaires, pour désigner ceux qui choisissent de se simplifier la vie.  Le plus drôle, c'est que nous étions 11 participants, ce qui égalait notre record: de toute évidence, la simplicité attire! 

 

SI J'AVAIS UNE BAGUETTE MAGIQUE..., 11 mai 2012, MONTRÉAL

Après quelques soirées consacrées à des thèmes intenses et profonds, voici une occasion de s'amuser et de stimuler notre imaginaire! En effet, nous aurons la possibilité de nous transformer en Harry Potter, et d'utiliser notre baguette magique pour... Pour faire quoi, au juste?  Voilà tout l'intérêt de la soirée: avec une baguette magique, que changeriez-vous à votre vie, à votre corps, à votre famille, à votre société, à votre planète? Le moment est venu de dévoiler nos rêves les plus intenses, nos secrets les plus profonds,, nos espoirs les plus vifs!  Quand la seule limite est celle de notre imagination, où cette soirée nous conduira-t-elle?  Des moments de plaisir et d'espoirt en perspective! 

 

Synthèse de la rencontre

Une soirée magique vient de se terminer, riche en fantaisie et en introspection!  L'enthousiasme était palpable, surtout chez l'auteur de ces lignes...  À l'inverse, d'autres semblaient avoir brisé leur baguette magique, mais on leur a sagement suggéré d'en trouver une autre.  Certains coups de baguette ont fait l'unanimité, comme l'abolition de l'argent, une politique que certains ont déjà mise en pratique dans leur vie!  Par contre, quelles que soient les fantaisies dont nous aurions envie, la fée Catherine (rien à voir avec Carabosse) nous ramenait rapidement sur terre, en nous rappelant que nous sommes notre propre baguette magique, capable de provoquer les changements désirés, allant même jusqu'à transformer le caractère désagréable d'une collègue de travail...

 

RÉINCARNATION: OUI OU NON?,  20 avril 2012,  SAINT-JÉRÔME

Parfois, nous proposons des thèmes dont nous savons qu'ils nous procurent beaucoup de plaisir!  C'est le cas du prochain thème: la réincarnation.  Beaucoup y croient, d'autres la contestent, certains restent perplexes... Mais une chose demeure certaine:  voilà une notion qui soulève autant de questions que de passions!  Puisqu'il s'agit avant tout d'un acte de foi, que gagne-t-on à croire à la réincarnation?  À l'opposé, quelles questions cette croyance soulève-t-elle?  Certains faits viennent-ils confirmer qu'elle existe bel et bien?  Dans ce cas, qui avons-nous été, et que deviendrons-nous?  Sinon, à quoi pouvons-nous croire?  Mille questions, et sans doute encore plus de théories, d'hypothèses et de convictions.  Une soirée à ne pas manquer!

 

Synthèse de la rencontre

La dernière soirée de Parlerie, à Saint-Jérôme, nous a permis d'explorer tout un monde de possibilités.  Si les participants étaient presque unanimes à adhérer à une forme ou une autre de croyance en la réincarnation, de nombreuses variantes existent, et chacun s'est forgé une opinion inspirée de ses convictions, de son vécu, de ses recherches.  Pour certains, la réincarnation expliquerait les talents innés dont certains ont hérités, la familiarité avec des lieux jamais visités, le phénomène des âmes soeurs ou les expériences de déjà vu... Pour d'autres, il existerait un nombre infini d'univers, où tous nos choix existent simultanément.  On est bien loin de la vision simpliste du karma, où l'on paierait, dans une prochaine vie, les torts de notre vie actuelle!  Vraiment, une soirée passionnante, qui soulène encore plus de questions!

 

LE DEUIL,  13 avril 2012,  MONTRÉAL

Les Parleries, ce sont parfois des thèmes plus légers, parfois des sujets plus profonds.  Avec le thème du deuil, nous abordons la question de l'expérience de vie de chacun.  En effet, tout au long de notre existence, nous traversons de nombreux deuils, certains plus intenses que d'autres, plus douloureux.  Et pas seulement quand un proche décède: il faut souvent faire le deuil d'une relation amoureuse, d'un emploi, d'un projet important, d'un quartier, d'un ami et quoi d'autre encore !  Nous parlerons donc du deuil au sens large, en nous demandant notamment comment vivre pleinement un deuil, quelles en sont les étapes, et s'il s'agit toujours de quelque chose de difficile et triste.  N'y aurait-il pas une récompense joyeuse derrière chaque deuil bien géré ? Une soirée à ne pas manquer !

 

Synthèse de la rencontre 

Une autre soirée à la fois touchante et enrichissante, le 13 avril dernier, alors que nous abordions la question du deuil.  Dans une ambiance de respect et de sérénité, il a longuement été question de tous nos deuils - la perte d'un être cher, bien sûr, mais aussi celle d'un emploi, d'une maison, de la santé, d'un animal favori, d'une amitié, et combien d'autres types de deuils vécus au quotidien.  Nous avons notamment réfléchi aux différentes façons de vivre nos deuils, y compris par la voie de rituels, même quand la distance nous empêche de partager les moments d'adieux avec les proches.  Et si le deuil est synonyme de perte et de tristesse, plusieurs participants ont surtout insisté sur la dernière étape, si libératrice: l'héritage.  De beaux moments de partage!

 

ÉCOLOGIE ET ENVIRONNEMENT, 23 mars 2012, SAINT-JÉRÔME

Le thème est à la mode.  La société a changé, et les individus comme les entreprises parlent d'environnement.  Mais s'agit-il de paroles en l'air, histoire de se donner bonne conscience, ou une belle image?  Concrètement, comment protégeons-nous l'environnement au quotidien, dans nos vies, dans nos maisons, sur la route?  C'est le moment de raconter nos petites batailles personnelles pour l'environnement, d'exprimer ce qui nous dérange ou nous tient à coeur.  Mais peut-être parlerons-nous aussi de l'environnement dans nos relations?  Ainsi, qu'est-ce qui pollue nos relations interpersonnelles, et comment pouvons-nous nettoyer ce terrain relationnel?  Une soirée pure en perspective!

 

Synthèse de la rencontre

Nous avons vécu une danse à deux temps lors de notre dernière Parlerie.  D'abord, il a été question d'environnement, d'écologie, de protection de la planète...  Il s'avère que notre groupe était constitué de personnes soucieuses de leur environnement, convaincues de la nécessité d'en prendre soin, sans se considérer comme des intervenants extrémistes.  Une sorte de conviction profonde, mais modérée...  Puis, en deuxième partie, il était question de notre environnement relationnel.  Fait intéressant, plusieurs ont admis qu'ils étaient parfois des pollueurs de relations, tout en explorant les divers moyens d'adopter des attitudes plus saines.  Quitte à offrir un cadeau aux gens qui nous bousculent!  Une soirée assurément très purifiante.

 

LE CHANGEMENT,  2 mars 2012,  MONTRÉAL

Des sages ont dit que la seule constante dans l'univers, c'est le changement.  On n'y échappe donc pas.  Mais qu'est-ce qui nous pousse à changer?  Pourquoi est-ce si difficile d'y arriver?  Pourquoi certaines personnes semblent accueillir le changement, alors que d'autres le fuient?  Y a-t-il une différence entre un changement choisi et un autre qu'on subit?  Tant de questions qui nous habitent sur ce sujet omniprésent dans nos vies...  Pourquoi ne pas bousculer vos habitudes, et venir en discuter avec nous?  Discuter du changement, c'est réfléchir à qui l'on est et apprendre ce qui nous motive.  Une belle occasion de grandir...

 

Synthèse de la rencontre

La Parlerie continue de changer... ou d'évoluer ! En effet, nous avons tenu notre première Parlerie à Montréal, sur le thème du changement.  Un thème fort approprié dans les circonstances, d'autant plus que plusieurs de nos participants vivent une période de grands changements.  Nous avons partagé nos réflexions, nos expériences et même nos stratégies pour faciliter le changement, bien que tous admettent que la démarche d'évolution n'est pas toujours facile, qu'il s'agisse d'un changement choisi ou subi.  Plusieurs sont sortis de cette soirée stimulés par cette notion de changement, au point de vouloir poursuivre ou accélérer le processus.  Bref, un petit pas pour l'homme et la femme, un grand pas pour notre humanité !

 

LA DIFFÉRENCE,  24 février 2012, SAINT-JÉRÔME

Qui ne se souvient pas des manchettes sur les accommodements raisonnables? En fait, ne s'agissait-il pas de questionnements sur la différence? En effet, souvent la différence fait peur, inquiète, dérange.  Pourtant, elle a aussi le pouvoir d'enrichir, de transformer, de faire évoluer.  Comment réagissons-nous à la différence? Que vient-elle nous apporter?  Jusqu'où faut-il l'accueillir et la chérir, ou plutôt la limiter et la bloquer?  Voilà une occasion de réfléchir ensemble sur notre ouverture et notre tolérance, mais peut-être aussi sur nos préjugés, notre bulle ou notre zone de confort.  Voyons si nos participants ont un profil accommodant.  Inscrivez-vous vite!

 

Synthèse de la rencontre

Encore une fois, dame Nature a fait des siennes lors de la plus récente Parlerie à Saint-Jérôme, empêchant plusieurs participants de se joindre au groupe. Malgré tout, nous avons passé une soirée riche en échanges sur la différence, qu'elle soit sociale, culturelle ou au niveau des valeurs. Mais surtout, nous avons parlé de notre propre différence, sur le plan individuel: tous les participants présents se considéraient comme marginaux jusqu'à un certain point, et il était très enrichissant de se pencher sur les conséquences, dans nos vies, de cette différence. Vive la marginalité!

 

LA VOLONTÉ,  27 janvier 2012, SAINT-JÉRÔME 

Dans le sport.  En affaires.  Dans la poursuite de projets personnels.  Comment expliquer que certains passent à travers toutes sortes de difficultés et réussissent de grandes choses, alors que d'autres échouent lamentablement?  Il existe de nombreuses hypothèses, mais un concept revient souvent: la volonté. D'où vient-elle? Comment la développer? Fait-elle vraiment des miracles? Est-il possible de la perdre... ou de la trouver quelque part en soi? Certains sont-ils plus doués que d'autres en matière de volonté?  L'année 2012 sera lancée par un thème qui risque de susciter la réflexion.  Préparez vos récits, vos exemples inspirants, et venez échanger avec nous sur ce concept déterminant.  Allez, un petit effort... je suis sûr que vous avez la volonté voulue pour vous joindre à nous!


Synthèse de la rencontre

Il fallait déjà avoir une certaine dose de volonté pour se présenter à notre première rencontre de l'année: durant la journée, la météo nous avait réservé un peu de tout, de la plus à la neige, en passant par le froid... Mais justement, n'est-ce pas ce qui distinguait les personnes présentes?  Plusieurs considéraient avoir beaucoup de volonté, d'autres non, mais tous avaient accompli des choses exigeant certes une attitude volontaire.  C'est avec une grande détermination que nous avons réfléchi à la définition de la volonté... et nous en sommes tous sortis grandis! Paix sur Terre aux hommes et aux femmes de bonne volonté.